28 août 2012

L'enfant du Titanic, Leah Fleming

pop

Quatrième de couverture :

15 avril 1912.

Dans l’horreur du naufrage, deux femmes qui n’auraient  jamais dû se rencontrer voient leurs destins liés à jamais. Sauvées in-extremis, May et son bébé trouvent chaleur et réconfort dans les bras de Celeste. Une amitié est née, qui se renforce au fil du temps. Mais alors que   survivre a donné à Celeste courage et goût de la liberté, May semble n’avoir jamais surmonté le drame. Un lourd secret qu’elle porte depuis le soir du naufrage pèse sur sa conscience...

 

 

Impressions : 

L'enfant du Titanic m'a été offert par ma meilleure amie il y a peu de temps. D'emblée il m'a intrigué, surtout lorsqu'elle a précisé que la vendeuse qui lui avait conseillé disait de ce roman que c'était un "futur best-seller". Je n'ai pas la science infuse en matière de livre ni rien mais je suis bien d'accord avec cette vendeuse ! En tout cas, tout les ingrédients sont réunis. Je m'explique.

Déjà, le contexte est on ne peut plus tape-à-l'oeil : qui ne connaît pas le Titanic ? Associé de prime à cette superbe couverture, les chances de louper le roman dans les rayonnages de France Loisirs sont minces. Ensuite je ne sais pas pour vous mais dès que je vois "secret" dans une quatrième de couverture, j'ai envie de lire le livre ; ce doit être mon côté curieux qui ressort !

Puis, on est entraîné par le récit, le drame se produit et lance l'histoire. Je me demandais comment l'auteur allait traiter le naufrage un siècle après cette terrible nuit, si elle n'allait partir dans le pathos ou dans les clichés ; pas du tout, c'est très bien mené (je n'ai pas pleuré mais avis aux plus sensibles, sortez les mouchoirs !).

Le roman s'étale sur près de cinquante ans sans jamais être long ou en faire trop. Au contraire, je trouve que parfois l'auteur passait trop vite sur certaines choses. J'aurai voulu plus de détails. Mais en fin de compte avec plus de 600 pages d'action, d'amour, d'amitié, de joies et de peines, je me suis attachée aux personnages et suis vraiment entrée dans leur univers. J'avais peur que May et Celeste ne soient trop "Mary Sue" mais Leah Fleming a travaillé la psychologie de ses personnages de façon à leur donner une réelle profondeur.

De rebondissements en tragédies, les générations défilent avec leurs lots de désillusions et d'espoirs amers, sous une plume fluide et efficace !

Je ne m'étais pas régalée ainsi depuis un bout de temps, un vrai bonheur :)

 

Passage : "Tandis qu'elle s'efforçait de consoler sa compagne en la berçant contre elle, l'eau s'agita avec bruit tout près d'eux. Un bras jaillit à la surface, déposant un ballot ruisselant sur les genoux d'un jeune garçon frissonnant. "Prenez cette enfant!" cria une voix brusque. Celeste crut entrevoir une barbe blanche à la lueur de la lanterne. "C'est le capitaine Smith... Monsieur! Commandant... Nous allons vous hisser à bord" s'exclama un marin, en tendant la main vers l'homme. Le bras hésita une seconde, puis disparut. "Bonne chance, les gars, faites votre devoir."                         Et le silence retomba."

 

Autre :

611 pages

Édition France Loisirs

 

Ce livre participe au challenge

Un mot des titres

 

 

Posté par Herbe Folle à 19:51 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


Commentaires sur L'enfant du Titanic, Leah Fleming

    Gros succès pour ce roman !

    Posté par calypso, 14 septembre 2012 à 21:34 | | Répondre
  • Il est vrai que sur certaines périodes, l'auteur passe assez rapidement, mais comme tu le dis au final, l'action est présente tout le temps.
    J'avais la même peur, en ce qui concerne Celeste et May, mais l'auteur a sur leur donner un caractère complètement différent à chacune, ce qui finalement les unis.

    Posté par topobiblioteca, 21 octobre 2012 à 13:44 | | Répondre
  • topobiblioteca >> Je vois que nous avons la même vision de ce superbe livre !

    Posté par Herbe Folle, 22 octobre 2012 à 18:06 | | Répondre
Nouveau commentaire